Viticulture biologique, raisonnée, biodynamique . le vin bio, c’est quoi ?

Encore peu répandue il y a une dizaine d’années, la viticulture bio connaît aujourd’hui un essor important en France. Décryptage de ce succès. Finalement le vin bio, c’est quoi ?

Viticulture biologique, biodynamique, raisonnée… tout un vocabulaire important à maîtriser et différencier pour comprendre l’univers des “vins bio”et offrir un coffret vin bio.

La viticulture raisonnée

La viticulture raisonnée correspond à des démarches globales de gestion du domaine qui visent à renforcer les impacts positifs des pratiques agricoles sur l’environnement en allant au delà du respect de la réglementation. La viticulture raisonnée ne remet pas en cause la rentabilité économique des exploitations, elle consiste en la mise en oeuvre de moyens techniques dans une approche globale du domaine.

Viticulture biologique

La viticulture biologique imposent aux vignerons bio, la non-utilisation des produits exempts de molécules organiques de synthèse. Pour la culture de la vigne, ils emploient des matières premières d’origine naturelle tel que le cuivre, le soufre ou encore des insecticides d’origine végétale. La finalité est de favoriser la vie des sols, la pérennité des espèces animales et végétales préservant alors l’écosystème naturel.

La viticulture biodynamique

La viticulture biodynamique ou plus couramment la “biodynamie” recherche l’équilibre de la vigne avec son environnement en vue d’améliorer le sol et la plante. Le vigneron utilise des préparations issues de matières végétales (tisanes d’ortie), de matières animales (bouses de corne) et enfin de matières minérales (quartz). L’application de ces préparations s’effectue à des moments précis en fonction du calendrier lunaire et planétaire et en rapport aux cycles de végétation de la vigne.

Le vin Bio, les dates clés à retenir

  • 1924 : Cest le théoricien de la viticulture biodynamique. Rudolf Steiner développe les principes d’une culture, sans produits chimiques qui repose sur l’utilisation de matières minérales et végétales en étroite relation avec la terre et le ciel.
  • 1930 : Le mot « bio » pourrait avoir été utilisé pour la première fois par des médecins.
  • 1945 : C’est l’explosion des produits chimiques. Dans ce contexte d’après guerre, le rendement est poussé à l’extrême. On fait appel à une production de masse, sans aucun soucis de l’environnement.
  • 1980 : Reconnaissance du bout des lèvres de l’agriculture biologique. On parle d’une agriculture qui n’utilise pas de produits chimiques de synthèse.
  • 1985 : Le logo AB (pour Agriculture biologique) est créé par le Ministère de l’Agriculture.
  • 1991 : L’Europe reconnaît l’agriculture biologique concernant les productions de raisin mais elle exclut la vinification. On dit alors que les producteurs bio vinifient des vins « issus de raisins de l’agriculture biologique » C’est également l’année de naissance de l’organisme certificateur Ecocert.
  • 2005 : Le logo AB fait son apparition sur les premières bouteilles de vins issus de raisins biologiques.
  • 2007 : Un nouveau règlement européen bio reprend les principes et objectifs de la production biologique avec la mise en place d’un logo unique, européen. Ce règlement prévoit également des souplesses dans le cahiers des charges de production.
  • 2012 : Vers des vins biologiques…

Réglementation : vin bio, vin issu de raisins de l’agriculture biologique et vin issu de raisins bio

Le terme « vin bio » est bien souvent utilisé à tort. Ce ne sera plus le cas à partir des vendanges 2012. En effet, jusqu’à présent, la réglementation européenne qui encadrait la production de raisins biologiques mais pas la vinification.

C’est pourquoi on ne parlait pas de “vin bio” mais de “vin issu de raisins de l’agriculture biologique” ou de “vin issu de raisins bio”. Sur la base de plusieurs années de travaux de recherche, la Commission Européenne à adopté le 8 février 2012, des règles de vinification bio communes à l’ensemble des Etats membres qui complètent les règles déjà en vigueur pour la viticulture bio.

Concrètement ça change quoi ?

Ce règlement, qui entre en application le 1er août 2012, prévoit entre autre l’interdiction de certaines pratiques de vinification, une limitation stricte des intrants utilisables et une limitation des apports en sulfites autorisés. La véritable nature du produit s’en trouve davantage respectée, la diversité et la qualité des vins sont préservées.

Un mode de production encadré et contrôlé…

Le cahier des charges de l’agriculture bio impose en particulier la certification du raisin et du vin, des contrôles stricts et systématiques dans les vignes et dans les caves assurant une traçabilité, des prélèvements et analyses sur les raisins et sur le vin.

Logos et organismes certificateurs du vin biologique

Le respect de ce cahier des charges est assuré par des contrôles effectués par des organismes certificateurs comme Ecocert ou Qualité France. Ils sont agréés par l’Etat et autorisent les producteurs à utiliser la mention “agriculture biologique” ainsi que le logo AB pour leurs cuvées. Le label Demeter certifie les produits issus de l’agriculture biodynamique. Il existe aussi un label « Biodyvin » pour les domaines agricoles en reconversion.

vin bio