Les conséquences de la météo sur les vins bio

Selon le calendrier, l’été est arrivé depuis un mois. Malheureusement pour les vignobles de la moitié Nord de la France, le soleil tarde à pointer ses rayons salvateurs sur les vignes en feuilles. Si pour la grande majorité des français, la période estivale est synonyme de vacances, pour les vignerons cette période est cruciale car elle se révèle décisive pour le développement de la vigne.

La météo calamiteuse qui sévit sur la France depuis ces dernières semaines aura des incidences négatives pour de nombreux domaines, en particulier pour les domaines en bio ou biodynamie qui ont fait le choix de se priver de recours chimiques. Antoine Boudindoet, propriétaire du domaine Boudindoet à Beaune en Bourgogne dresse un état des lieux pessimiste.

Antoine Boudindoet, pourquoi avoir choisi le mode de culture biodynamique ?

Nous recherchons avant tout la juste expression de chaque terroir. Le choix de l’approche d’un vin biologique et biodynamique a été fait par conviction profonde. Notre crédo est d’apporter des réponses naturelles à des problèmes naturels.

Nous respectons et pérennisons nos sols en favorisant le labour à cheval, l’enherbement et le compost naturel. Ainsi nous maîtrisons la qualité et perpétuons l’héritage génétique de nos plants en les cultivant dans notre propre pépinière. Nos rendements de production, volontairement faibles, permettent à nos raisins de révéler les nuances de chaque terroir.

En utilisant aucun recours chimique, vous vous exposez à de sérieux dangers en cas de conditions climatiques défavorables comme la France traverse actuellement…

Cette année est chaotique. Aussi bien dans le Chablisien qu’en Côte d’Or, les conditions météo ont été contraignantes. La régularité des pluies, même modestes, a à la fois entretenu la vigueur du mildiou et amoindri le nombre de jours où un tracteur pouvait se rendre dans les vignes.

La fleur a également souffert. A des degrés variables, elle s’est mal passée et parfois les rendements s’en trouvent déjà affectés sérieusement. Il semble que les vignes jeunes et vigoureuses s’en sont bien sorties, alors que celles souffrant notamment de virose ont été bien affectées. Quelques signes indiquent que l’oidium n’est pas loin de se manifester au grand jour, alors que le mildiou est déjà régulièrement présent, parfois à des niveaux préoccupants.

Une situation préoccupante, d’autant plus que cette période de l’année est bien souvent cruciale…

Les mois de juillet et août sont décisifs pour le développement de la vigne. Nous sommes dans une phase d’observation et de correction. Les raisins entrent dans leur phase de véraison*. A ce stade, le travail du viticulteurs est terminé. Seules les conditions climatiques détermineront désormais la qualité des baies et celle du millésime à venir.

“Nous allons peut être perdre en quantité mais la qualité ne sera pas impactée”

Lorsque l’on dirige un domaine bio, comment peut on faire face à ces conditions climatiques défavorables ?

Nous utilisons les armes habituelles, à savoir le sulfate de cuivre, l’oxyde cuivreux et l’hydroxide de cuivre mais nous n’avons pas l’habitude ni l’expérience pour travailler dans de telles conditions.

Nous observons encore plus et portons une attention particulière aux pieds, nous passons plus fréquemment dans les vignes. La météo n’a pas modifié notre volonté initiale qui est d’intervenir sur la vigne avec les doses justes et au moment opportun, lorsque nous constatons un défaut de protection ou l’apparition de mildiou.

Quelles seront les conséquences sur la récolte et sur le prochain millésime ?

On peut avoir une attaque sur les grappes et donc une perte de 3 à 4% des grappes qui seront inexploitables. Nous entamons une période de 15 jours à trois semaines d’attente avant de se prononcer sur la future récolte. En attendant nous sommes toujours dans le doute et l’inquiétude. Malgré tout, la mauvaise météo ne veut pas obligatoirement dire que le millésime sera mauvais.

Avec les rendements qui pourraient être plus faibles, nous allons peut être perdre en quantité mais la qualité ne sera pas impactée.

1* : véraison : Moment de l’année où le grain de raisin gonfle et devient rouge vif ou jaune translucide. Il commence à prendre la couleur qu’il aura à maturité. Le processus dure une quinzaine de jours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *