Quel rosé bio choisir ?

En été, ce vin léger et rafraichissant aux arômes fruités et à la robe souvent pâle ou saumonée reprend ses droits. Désormais on ne parle plus d’un vin simple car le rosé est à la mode, au point d’envahir à chaque rayon de soleil, les terrasses et grandes tablées estivales. Tour de France des rosés bio à ne pas manquer !

 

Qu’il soit de Provence ou d’Anjou, en été, le rosé est roi. Le consommateur parle d’un vin léger, fruité et rafraichissant, capable d’accompagner un apéritif ou de nombreux plats, salades, grillades.

 

Quel rosé de Provence choisir ?

 

Commençons notre tour de France par la Terre de naissance du vin rosé : la Provence. Nous sommes chez Patricia Ortelli au Château La Calisse à Pontevès en AOC Coteaux Varois en Provence. Le vignoble a été reconstitué en 1991, date de son acquisition par Patricia Ortelli.

 

Les vignes ont été replantées sur des terres calcaires qui ont été drainées, nivelées. Elles s’étendent sur plusieurs terrasses ensoleillées. Situé à une altitude de 380 m, ce terroir est très favorable à la vigne. Nous nous laissons tenter par la cuvée rosé Patricia Ortelli qui propose un rosé équilibré, une caresse tendre, un généreux bouquet de fleurs rehaussé de notes de figues et de gelée de coing. Croquante et acidulée, la bouche s’alanguit sur une finale finement amère. Un équilibre qui trouvera son bonheur avec une viande blanche ou des oeufs mimosas en entrée.

 

Quel rosé bio du Bordelais choisir

 

Le mistral nous emporte jusqu’au vignoble Bordelais où nous découvrons des rosés de Bordeaux qui ont le vent en poupe. Considérés comme marginaux il y a une dizaine d’années, les rosés de Bordeaux sont aujourd’hui tendance. Ils représentent aujourd’hui 12% de la production française, en quatrième position derrière l’incontournable Provence, la vallée de la Loire et la vallée du Rhône. Nous sommes au cœur du Bordelais, dans l’Entre-Deux-Mers  entre Garonne et Dordogne à 70 km au sud-est de Bordeaux.

 

Le Château Chavrignac nous ouvre ses portes. L’exploitation familiale est conduite depuis près de quarante ans selon les méthodes de l’Agrobiologie, qui respectent les équilibres et les rythmes naturels. Les vignes puisent leur nourriture dans un sol vivant. L’encépagement se compose, pour ses 28 hectares de Bordeaux rouge et rosé, de 35 % de Merlot, 35 % de Cabernet Franc, 26 % de Cabernet Sauvignon et 4 % de Malbec. (voir les cépages ici)

 

La cuvée rosé révèle un véritable bouquet de fruits, de pruneau, d’épices et d’amande douce avec une touche vanillée qui relève un ensemble cohérent. Un amalgame de douceur, une combinaison autour des nuances confiturées, cacaotées, révélatrices de la plénitude du Merlot. Du fait de sa grande souplesse, cette cuvée peut se déguster en apéritif accompagnée de toasts sucrés salés mais également avec des quiches lorraines, il passera sans complexe avec des entrées orientales (taboulé) et sera le meilleur ami des barbecues d’été (brochettes, grillades…).

 

Quel rosé d’Anjou choisir ? Le cabernet avant tout !

 

Nous longeons l’Océan Atlantique pour remonter dans une autre grande région de France ou le rosé est roi : la Vallée de la Loire. Faisons une halte à Chinon. Jean-Max Manceau est propriétaire du Domaine de Noiré depuis plus de dix ans. Le cabernet-franc compose l’intégralité des 14 hectares d’un vignoble dont les vignes de certaines parcelles atteignent plus de 50 ans d’âge. La volonté du vigneron est de donner des vins de haute expression, comme le reflet du terroir de naissance.

 

La cuvée rosé du domaine se révèle être un vin aromatique avec des touches de fruits rouges très frais (fraises & framboises), fin, subtil, élégant… Un équilibre en bouche qui en fait un vin généreux idéal au cours d’un repas d’été ou en apéritif. Relaxant, il est agréable sur des salades, entrées ou poissons fumés.

 

Quel champagne rosé choisir pour l’été !

 

Nous achevons notre voyage en Champagne  chez l’une des références de la région : le domaine Franck Pascal. La propriété est divisée en 25 parcelles réparties sur 5 communes de la rive droite de la Vallée de la Marne, le domaine s’étend sur 4 hectares.

 

Les vignes sont exposées sud-ouest, sud et sud-est, sur des sols d’argiles et sont à l’origine de plusieurs cuvées, élaborées à partir d’assemblages de pinot meunier essentiellement, de pinot noir et de chardonnay. Les cuvées maison sont proposées avec plusieurs dosages. Un Champagne rosé avec une densité rare, avec un fruité croquant sur la framboise et la grenade. L’anis, la réglisse, l’orange sanguine, la cerise garnissent le panier de fruits de ce vin. A la fois vin de terroir et de gourmandise, il saura se faire apprécier à table sur des volailles aux fruits rouges, ou au dessert sur un fraisier ou un framboisier.

 

Notre tour de France s’achève en Champagne, sur ces notes sucrées et pétillantes. Qu’il soit au Nord, au Sud, à l’Ouest ou à l’Est, le rosé biologique s’impose de plus en plus sur l’ensemble du vignoble français et dans l’esprit des consommateurs de vin. Aujourd’hui, plus d’une bouteille achetée sur quatre est une bouteille de vin rosé. La consommation du vin rosé en général à plus que doublé, en France, ces vingt dernières années.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *